page d'accueil

Etienne Fare Charles Huvier/8
1724/1784 Curé de la Chapelle Rablais...
Chapelles & bénéfices/2

Passez la souris sur les
illustrations pour leur légende.
Ctrl + pour agrandir la page

Un dictionnaire bien fait est une merveille de précision; que l'on ne change qu'une lettre et l'on passe du novice à l'évêque : ordinand avec un d, celui qui va recevoir l'ordination; ordinant avec un t, évêque qui procède à l'ordination (dit aussi "ordinateur")

Dans la définition de "chapelain" par l'Académie française en 1694, déjà citée, chaque mot est pesé: "Chapelain. Prestre qui dit ordinairement la Messe dans une chapelle pour quelque personne de condition. C'est son Chapelain. les Chapelains du Roy. Il signifie aussi, Un Beneficier qui joüit d'une chapelle. Les Chapelains de Nostre-Dame, de la sainte Chapelle."
Dans le premier cas, le mot "prêtre" est employé, ce qui n'est pas la cas pour les chapelains d'église où le terme est "bénéficier".

En 1745, quand il devint chapelain de la "chapelle nôtre dame Snte Marie Magdeleine du vieux château de Coulommiers en Brie", Etienne Fare Charles Huvier n'avait que vingt et un ans; : il ne devint "acolythe et sous diacre" qu'à la fin de cette année 1745, le 18 décembre, et prêtre trois ans plus tard, le 21 décembre 1748 ! Il était donc titulaire d'une chapelle sans pouvoir y célébrer la moindre messe, ce qui était pourtant la fonction de ces autels annexes où des messes pouvaient être célébrées presqu'à toute heure "nous deffendons de dire aucune messe basse dans l'église de la paroisse, depuis que la grande messe aura esté sonnée, jusqu'à ce que l'élévation du Saint Sacrement ait esté faite; comme aussi d'en célébrer aucune dans les chapelles du dehors, même castrales ou domestiques, pendant la grande messe de la paroisse."
Compilation des ordonnances du diocèse de Meaux 1724

 


Comme le futur curé Huvier, Nicolas Lefrançois n'était pas encore prêtre quand il devint titulaire de la chapelle de Fonte Archer dans l'église de Saints, il n'était âgé que de vingt trois ans alors que la prêtrise ne pouvait être acquise qu'à vingt cinq. Il était acolyte, premier degré dans les ordres. " acolyte : clerc promu à l'un des quatre ordres mineurs, et dont l'office est de porter les cierges, de préparer le feu, l'encensoir, le vin et l'eau, et de servir à l'autel le prêtre, le diacre et le sous-diacre." Dictionnaire Littré

Grégoire Ninonet, chapelain de la "chapelle de la petite Sainte vierge vulgairement appellée la petitte mère de dieu fondée et desservie en l'église parroissialle de St Denis de Coulommiers diocèze de Meaux" était bien curé et âgé de 51 ans quand il succéda à Claude Christophe Gaultier en 1747. Il avait tout à fait le droit d'y célébrer les messes, commandées (et payées) par les familles: actions de grâce ou "obits" à la mémoire des morts.
Mais Grégoire Ninonet était curé de deux églises, l'une à Armentières en Brie, l'autre à Isles les Meldeuses, dans un méandre de la Marne, près de Meaux à près de trente kilomètres de sa chapelle de Coulommiers. (carte ci-contre, localisation et zoom)
Nicolas Lefrançois, acolyte au séminaire de Meaux était à la même distance de sa chapelle à Saints, et Etienne Huvier encore plus loin, quand il fut curé de la Chapelle Rabais, puis de Cerneux. Pouvaient-ils assurer le service dans deux édifices si éloignés (pour l'époque) ?

Doc : Grégoire Ninonet et sa chapelle
Doc : Nicolas Lefrançois et sa chapelle

Au fil des siècles, l'état de chapelain, après avoir été "sine cura" au sens ancien, était devenu une sinécure au sens moderne. Retournons aux dictionnaires; "Sine cura" signifait "sans soin (des âmes)", cette même étymologie qui donna le mot "cure" puis "curé", celui qui prenait soin des fidèles de sa paroisse. Le chapelain n'avait pas charge d'âmes; il était même interdit "aux prêtres disans la messe dans les chapelles particulières ou castrales, d'y faire la bénédiction de l'eau et du pain & même d'y célébrer les jours de Pâques, Pentecôte, de la Toussaint, de Noël & de la fête annuelle du patron de la paroisse ... ni d'y confesser ... sans notre permission expresse." Compilation des ordonnances du diocèse de Meaux n°26
Est-il utile de préciser le sens moderne de sinécure : "Charge ou emploi où l'on est rétribué sans avoir rien (ou presque rien) à faire ; situation de tout repos." Dictionnaire le Robert

Pourquoi donc solliciter une charge de chapelain quand on est trop jeune, trop éloigné, dans l'impossibilté d'en assurer les fonctions? Très prosaïquement, pour des raisons pécuniaires : "beneficium propter officium", un bien à cause d'un office... au cours du Moyen Age se fit jour la pratique d'affecter une partie du bien de l'Église à un clerc pour le récompenser du service et du ministère qu'il remplissait au sein de l'Église."
Dictionnaire de l'ancien régime

Encore un petit tour dans les dicitonnaires : "Bénéfice Dr. canon. Revenu attaché d'une façon inséparable à un titre, à une dignité ecclésiastique; le titre la dignité elle-même: Aller solliciter à Rome un bénéfice."
Larousse XX°s.

A Coulommiers, le curé disposait d'un bénéfice, mais aussi les prieurs, les vicaires que Dom Toussaints Du Plessis, dans son "Histoire de l'église de Meaux", en 1724, nomme "grands chapelains"; de même que les "petits chapelains" titulaires de l'une des nombreuses chapelles : à l'Hôtel-Dieu, à Montanglaust, à Pontmolin, deux chapelles au Prieuré Sainte Foy : la Trinité et Saint Michel; trois dans l'église paroissiale: Saint Jean, Saint Louis et la Petite Mère de Dieu déjà signalée dans ces pages, et les deux chapelles du Vieux Château, Saint Nicolas et la Madeleine. On en trouvera la liste et les bénéfices qui y étaient attachés dans un extrait du "Pouillé du diocèse de Meaux avec le revenu de chaque bénéfice et la taxe des décimes ordinaires 1756", ainsi que tous les bénéfices du doyenné de Coulommiers, curés, prieurs, chapelains de la ville et de la campagne. AD77 F 186

Pouillé du diocèse de Meaux, doyenné de Coulommiers

Au fil du temps, les bénéfices des chapelles ont surtout représenté une petite aide financière pour les clercs. Le curé d'Armentières en Brie et d'Isles les Meldeuses, s'il devait desservir deux paroisses, n'en percevait qu'un maigre bénéfice de 700 £; l'apport de la chapelle de la Petite Mère de Dieu à Coulommiers allait ajouter la petite somme de 70 livres, lui permettant d'approcher la valeur moyenne des bénéfices dans les paroisses proches de Coulommiers, 777 £.
Pour les très jeunes clercs, ce
"bénéfice simple ou à simple tonsure, bénéfice qui obligeait seulement à être tonsuré" constituait une sorte de bourse, permettant aux jeunes ordinands de compléter ou de remplacer leur "titre clérical" ou patrimonial: "Un bénéfice peut servir de titre clérical, pourvû qu’il soit de revenu suffisant." Citations : Larousse en 6 volumes 1927 / Encyclopédie Diderot article Titre/Titre clérical ou sacerdotal

Ce qui est fort bien résumé dans la "Nomenclature des curés et vicaires de Coulommiers.. depuis le XII° jusqu'au XX° siècle" :

Le "jeune écolier "Nicolas Lefrançois ne percevrait que 29 livres pour la chapelle de "Sainte Catherine de Fonte archer fondée et desservie dans l'église paroissiale de Sain" de laquelle somme, il lui fallait retrancher 5 £ 16 de décimes.

Prise de possession de la chapelle de la Petite Mère de Dieu à Coulommiers
Prise de possession de la chapelle de Fonte Archer à Saints

Que pouvait percevoir l'autre "jeune écolier", Etienne Fare Charles Huvier pour la chapelle Sainte Madeleine? Les différentes sources font état de sommes diverses : "Dans le château de Coulommiers il y a deux chapelles fondées, qui valent 100 £ de revenu chacune. Elles sont à la collation du seigneur."
Mémoire de la généralité de Paris 1698.

Dans le "Pouillé du diocèse de Meaux avec le revenu de chaque bénéfice et la taxe des décimes ordinaires 1756", l'archiviste Lhuillier notait, pour les chapelles du Vieux Château: la "chapelle de la Madeleine au château" : 45 £, imposition de 9,9 £; la chapelle St Nicolas 65 £ imposition de 13,13 £ AD77 J 1860

Autre source, Martial Cordier, maire de Coulommiers en 1790: "Jeanne d'Evreux, veuve du roi Charles-le-Bel, y fonda une chapelle sous le titre de Ste Magdeleine, qu'elle dota d'un fief situé aux Essards, paroisse de Bannost, consistant en droits de censives sur cinq cents arpens de terre qu'elle venait d'acquérir du châtelain de Mironault... Le chapelain en a joui jusqu'en 1623, époque où M. Louis Dunoyer, titulaire, transigea avec Catherine de Gonzague, dame de Coulommiers, et lui céda le fief et les censives pour une rente de 30 livres par an." (par commodité, j'emploie le signe £ désignant la livre anglaise à la place de # couramment employé à l'époque, mais ayant, de nos jours, une autre signification).
Martial Cordier, Histoire manuscrite de Coulommiers

En 1782, presqu'à la fin de sa vie, Le curé Huvier rappela cette dotation de Jeanne d'Evreux, en revendiquant cent cinquante perches de terre labourable sur la paroisse d'Aulnoy, limitrophe de Coulommiers, "appartenantes à ladite chapelle de Ste Madelaine au moyen de la dotation à elle faite de l'an mil treize cent cinquante par Jeanne d'Evreux Reine de France et de Navarre, veuve du Roy Charles Le Bel et fille de Louis de France, comte d'Evreux, Dame en partie de Coulommiers."; il fut débouté, le notaire à terrier de la chapellenie de Coulommiers ayant opposé cette même "transaction passée entre Dame Catherine de Gonzague, Dame de Coulommiers" de 1623. 15 avril 1782 AD 77 G 387

S'il ne put bénéficier des cent cinquante perches revendiquées, il disposait de "deux arpents de terres labourables scis au champ de la Madeleine près la Hémerie", les deux champs étant très proches:
"Cent cinquante perches de terre labourable situées entre Labeauderie et la Hemerie, tenant d'un long d'orient au chemin d'Aulnoy à Coulommiers, d'autre long d'occident au treize arpens soixante quinze perches de terre dépendante du fief de l'Hôpital d'un bout du midy au chemin tendant de la planche des Bordeaux au carrefour de la Hemerie, et d'autre part par bas du septentrion au bois nouvellement planté de l'Hôtel Dieu de Coulommiers." 15 avril 1782 AD 77 G 387
"deux arpents de terre labourable scis au Champ de la Madeleine près la Hémerie, tenant d'une part du levant au chemin qui conduit à Aulnoy, d'autre du couchant à la terre de la Commanderie de l'Hôpital, d'un bout du midy au chemin qui conduit à Coulommiers et d'autre au bois de l'Hôtel Dieu de Coulommiers..."
9 mars 1781 Minutes du notaire Maulnoir Coulommiers AD77 175 E 334

La liste des biens du clergé confisqués au moment de la Révolution française confirme que seul le champ de deux arpents était attribué à la chapelle : "n°42 B6 2 arpents de terre (Chapelle de la Madelaine en l'église des religieuses de Coulommiers)" Aulnoy, bien nationaux, extrait du classeur en salle de lecture AD77

 

Passez la souris sur le plan d'Intendance ci-dessus, contemporain du curé Huvier
pour localiser le "Champ de la Madeleine" sur un extrait du cadastre napoléonien
où l'on distingue les "bois nouvellement plantés de l'Hôtel-Dieu de Coulommiers".

Evidemment, le futur curé n'allait pas mettre en valeur lui-même les terres de la Madeleine, d'autant plus que ... "les visiteurs pastoraux admonestent les nombreux curés surpris aux travaux des champs. Certains en tirent un profit personnel et l'on signale fréquemment les prêtres qui font commerce des grains et bestiaux. Or, les canons de l'Eglise ne leur autorisent aucune profession mercantile: depuis le XVI° siècle, l'état de fermier leur est strictement interdit." Bernard Plongeron La vie quotidienne du clergé français au XVIII°s

Etienne Huvier les mit en location, suivant un bail classique : le 9 mars 1781, "Mre Etienne Fare Charles Huvier... a fait bail et donné à loyer pour neuf années entières et consécutives qui ont commencé à courir le premier mars présent mois pour finir à pareil jour à la fin du tems promettant faire jouir à Marie Françoise Lambert, veuve d'Alexis Liénard laboureur demeurante à l'hôpital paroisse de Coulommiers" reconduisant pour la veuve, le bail accordé à son époux le 29 septembre 1771. Après le décès du curé Huvier, c'est encore un séminariste, "Claude Norbert Cruel clerc tonsuré du diocèze de Meaux demeurant ordinairement au séminaire de Meaux, chapelain de la Chapelle de la Madeleine" qui établit un bail le 7 septembre 1785 pour "André Nicolas Charpentier laboureur demeurant à Montanglaust paroisse de Coulommiers et à Etienne Liénard laboureur demeurant à Montblu paroisse de Mourou".
Sources : 29 septembre 1771 Répertoire du notaire Fasquel Coulommiers AD77 175 E 1 p 89 / 9 mars 1781 Minutes du notaire Maulnoir Coulommiers AD77 175 E 334 / 7 septembre 1785 AD 77 G 387

"Ce bail (du curé Huvier en 1781) fait moyennant le prix et somme de dix neuf livres de loyer pour chacune desdites neuf années" somme correcte puisque les terres se louaient de 6 à 9 livres l'arpent au Châtelet en Brie en 1790; les prés de 10 à 40 livres, les vignes de 6 à 12 livres, les bois de 15 à 25 livres; la journée du manouvrier se payait 32 sols. Abbé Péricart Notice historique sur le Châtelet en Brie Son successeur demandera vingt livres "et une paire de chapons gras vifs et en plumes". Mêmes sources

Dix neuf livres en 1781 (et même un peu moins en 1745) ne représentent qu'une partie des quarante cinq livres relevées dans le "Pouillé du diocèse de Meaux" et du titre clérical d'environ cent livres demandé pour accéder aux ordres mineurs.

Les terres de la chapelle de la Madeleine à Aulnoy, documents, actes, références

 

 

Il faut donc essayer de trouver des actes complémentaires, l'un pour une valeur de vingt six livres, complément du bénéfice de la chapelle, terre ou rente; l'autre pour au moins cinquante cinq livres, complément pour le titre clérical, chez un notaire...
Dans quelle paroisse chercher ? Pour ne prendre que l'exemple des religieuses du couvent Notre Dame de Paix où se situait la chapelle de la Madeleine, leurs revenus provenaient de rentes, de fondations, de créances, mais aussi de terres labourables, prés et bois taillis ou plantés dans diverses paroisses proches de Coulommiers : Chailly en Brie, Amillis, la Celle sur Morin, Saints, Beautheil... Autre exemple, le prieuré de Coulommiers s'est trouvé lié à une abbaye fort éloignée, celle de Conques, dans l'Aveyron, dont elle reçut une relique de Sainte Foy.


A suivre à la prochaine page...

 

  Suite : chapelles et chapelains 3